Le paysage afro-entrepreneurial s'enrichit

Emergence Partners a organisé son premier dîner-débat sous le thème : « Investir en Afrique »

Posted by Africa Up on 25-05-2019

Dans le cadre de la journée Mondiale de L’Afrique, l’association Emergence Partners en partenariat avec l’Institut e-Afrique a lancé ce Samedi 18 Mai 2019, la première édition du grand débat autour de l’économie entrepreneuriale en Afrique. S’il est vrai que l’Afrique est aujourd’hui le joyau économique de la terre car extrêmement riche en ressources naturelles,il n’en demeure pas moins que celles-ci sont le plus souvent exportées via des contrats peu profitables aux Africains. Que faire pour redonner à l’Afrique le goût d’entreprendre ? Comment dynamiser ces économies disparates ? Telles sont les questions auxquelles consuls, associations, instituts et autres intervenants ont tenté de répondre au cours des nombreux échanges ayant rythmé la soirée. L’équipe Africa Up a répondu présent et revient sur les moments forts de l’événement.


Photo gala Emergence Partners
Photo gala Emergence Partners Diner
Photo gala Emergence Partners Elie Nkamgueu
Photo gala Emergence Partners Elie Nkamgueu
> Qu’est-ce que 500 euros si ce n’est l’espoir de voir éclore une génération d’entrepreneurs africains dessiner la nouvelle carte de la croissance économique en Afrique. Elie Nkamgueu fondateur du Club Efficience

Déconstruire les préjugés de part et d’autre de la ligne imaginaire entre petits et grands de ce monde, c’est permettre non seulement le dialogue mais envisager la collaboration. Si un seul mot devait rester de cette soirée il serait sûrement « collaboration ». Collaboration du Dr Elie Nkamgueu fondateur du Club efficience avec les entreprises, les institutions et tout particulièrement avec la diaspora africaine présente en France et en Europe, pour lancer le fond d’investissement EAF (Efficience Africa Fund).
Le fond d’investissement EAF a un double impact social, à la fois tourné vers les souscripteurs mais aussi vers les porteurs de projets, avec un prix d’entrée estimé à 50€/mois qui permettrait d’atteindre 50 millions €/an. Le discours du Dr Elie Nkamgueu est clair : créer un noyau financier solide afin de concourir à la croissance économique du continent. Le lancement du fond d’investissement DEAF débutera au mois de Juin 2019 avec pour objectif d’atteindre 100 000 souscripteurs.

Photo gala Emergence Partners Invités
Photo gala Emergence Partners Diop ALIOUNE

La diaspora ? Nous la considérons comme la 15ème région du Sénégal. Nous nous
devons d’investir sur notre diaspora, c’est le socle de notre patrimoine culturel et
l’avenir du continent africain. Diop ALIOUNE consul du Sénégal à Lyon

Pour le Consul Général du Sénégal Diop ALIOUNE, habitué aux dispositifs financiers et d’accompagnement déjà mis en place pour tous les porteurs de projets sénégalais qui souhaitent investir au Sénégal, la diaspora est une force majeure qui nécessite un investissement constant : « La diaspora ? Nous la considérons comme la 15ème région du Sénégal. Nous nous devons d’investir sur notre diaspora, c’est le socle de notre patrimoine culturel et l’avenir du continent africain. ».
Même son de cloche pour Andrew Simpson, directeur de l’Institut pour l’entrepreneuriat en Afrique. Il aborde le sujet sous une approche beaucoup plus technique. Pour lui la diaspora doit avant tout se préoccuper du marché financier, de l’offre et de la demande. Le monde des affaires est en constante mouvance et il faut absolument que la diaspora intègre les codes de ce marché évolutif. «La génération à venir doit être souple et en capacité de s’adapter aux changements à venir. »

Photo gala Emergence Partners Invités
Photo gala Emergence Partners Frédérick Tchoungui

Comme nous aimons à dire, c’est l’élite qui porte le projet mais il faut en faire
bénéficier les autres, sinon tout ceci ne sert à rien et perd de sa substance. Frédérick Tchoungui du Cercle Jerra

Emergence Partners a souhaité libérer la parole à la nouvelle génération d’entrepreneurs. Tous ces hommes et ces femmes qui œuvrent chaque jour au développement d’une Afrique nouvelle à travers leurs actions, ont été invités à échanger autour de leur vision du continent sous la forme d’un « retour d’expérience ». Plusieurs associations ont ainsi pu présenter leur mission et adresser un discours teinté d’espoir et d’optimisme pour l’avenir du continent. Fréderick Tchoungui nous parle ainsi du Cercle Jerra, un collectif de jeunes entrepreneurs qui prône une inclusion totale de la jeunesse dans la sphère économique. Vivien Gatchuesi revient sur le sujet épineux de l’immigration en présentant le COSIM (Collectif des Organisations des Solidarités Internationales issues des Migrations) une tête de réseau qui permet le déploiement d’autres associations de type OSIM (Organisation des Solidarités Internationales issues des Migrations) par le biais de financements, formations et projets de développement solidaire.
Lorella FALL nous parle d’une économie entrepreneuriale conjuguée au féminin avec L’ALPADEF pour l’Alliance Panafricaine et le Développement de l’Entrepreneuriat des Femmes, une association ayant but de développer l’esprit entrepreneurial chez les femmes africaines. Aminata Sonko, avocate de profession et présidente du FISA souhaite développer l’éducation, la formation et l’emploi grâce au FISA ( Fond d’Investissement de Solidarité pour l’Afrique). Ou bien encore Anne-Marie Lindou, actuelle présidente de l’organisme Afrique Education et Co-développement qui propose un véritable coaching au niveau de l’éducation scolaire pour faciliter l’insertion professionnelle.

Photo gala Emergence Partners
Photo gala Emergence Partners

Au terme de cette soirée, la première idée que l’on retient est que petit à petit la diaspora s’organise et s’élève. Si le mot «Afro-preneuriat» semble toujours quelque peu galvaudé, ceux qui pensent et envisagent l’économie africaine différemment se retrouvent sous cette bannière. À l’image du programme qui englobait des problématiques aussi différentes que les fonds d’investissement, la modification de l’écosystème par le numérique, l’éducation ou encore l’immigration, le grand débat « Investir en Afrique » a bel et bien été le rendez-vous de ceux qui pensent l’Afrique sous un nouveau modèle économique positif à la diaspora.

Les membres actifs de la cause, parfois accusés d’immobilisme et de passéisme étaient présents et ont pris part aux débats avec une énergie et une envie qui affirment que l’avenir de l’Afrique ne saurait être pensé sans le concours de chacun de ses acteurs si antinomiques soient-ils. Le dîner-débat « Investir en Afrique » a eu cette particularité de mettre autour de la table des personnes ou des structures qui soit n’apparaissent que peu sur la scène médiatique ou qui n’interagissent simplement pas ensemble. Il y a fort à parier que le changement interviendra que lorsque ces échanges n’attendront plus des événements ponctuels pour avoir lieu. Cependant admettre que le chemin est encore long c’est déjà commencer à marcher. Nous repartons tous avec en tête de nouvelles solutions pour produire et créer encore plus de projets novateurs tournés vers le continent africain.


Photo gala Emergence Partners


Crédits photos: Emergence Partners

E.Doris